Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss
Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv
)

Tourisme, le beaujolais, nouvelle destination des... lyonnais !

vendredi 24 juin 2011

TrévouxUn village de provence ? Non, il s'agit tout simplement de Trévoux, à la limite du Beaujolais et de la Dombes, qui vient de réaménager ses berges de Saône et dont le dynamique Office du Tourisme a obtenu le référencement dans le guide Michelin des "100 plus Beaux Détours de France" (à commander ou télécharger gratuitement ici).

D'après une étude de l'Ipsos rendue publique par le Comité Régional du Tourisme, les tendances de fréquentation évoluent rapidement en Rhône-Alpes et l'effort consenti par les professionnels commence à donner des fruits.  Bien que dépourvu de "pont" cette année, le mois de mai 2011 a été marqué par une reprise de l'activité :  52% des professionnels font état d’une bonne fréquentation (contre 44% en mai 2010)
Le site des "cascades" de Trévoux (voir la vidéo de LYFtv.com)
Si les établissements de montagne ont connu, du fait d'un faible enneigement, quelques mois difficiles, le tourisme "urbain" - autour de Lyon - a bénéficié de la multiplication des salons et les zones de campagnes péri-urbaines (beaujolais, monts du lyonnais...) notent un retour des touristes européens (belges, allemands, hollandais...) ainsi que le développement d'un nouveau "tourisme de proximité"
Les nouveaux "oenolodges du camping de Anse (voir la vidéo sur LYFtv.com)
Les nouveaux "oenolodges" installés dans le camping des portes du beaujolais à Anse (près de Villefranche sur Saône) par la société Marguerite et Compagnie ont connu un succès immédiat : "les touristes apprécient cette évolution qui allie la proximité de la nature avec le confort du chalet en bois", note le directeur du CRT, Marc Béchet.  La directrice de ce camping municipal, Valérie Bererd,  est elle aussi enthousiaste : "après l'installation d'une dizaine de chalets, les taux de réservation ont explosé... la demande ne vient plus seulement des touristes éloignés, mais aussi par exemple de couples lyonnais qui désirent s'éloigner de la ville pour passer quelques jours tranquilles" ... "Nous avons aussi des familles lyonnaises victimes de la crise du logement, qui peuvent rester plusieurs mois, le temps de trouver un nouvel appartement". 

Des "éco-habitations" légères de loisirs
Ce concept de village "éco-construit" dans lequel tous les chalets sont différents et répondent à des normes environnementales très strictes, semble promis à un bel avenir. Le carnet de commande de la société Marguerite et Cie, dans laquelle la directrice a pris des parts, se remplit rapidement, "même si la concurrence des pays de l'Est qui fabriquent aussi des mini-chalets en bois (Pologne, Estonie...)  est très rude"...
 "Ce modèle est totalement reproductible et on imagine déjà la création d'une ligne qui regroupera des chalets avec toits végétalisés, des ensembles avec saunas, des spas, des villages à thème..." s'enthousiasme l'un de ses associés. 

Une évolution profonde de la demande ?
Si ce "printemps" du tourisme en Rhône-Alpes semble faire écho à la baisse des réservations pour les destinations des pays méditerranéens (la Tunisie, le Maroc, l'Egypte et même l'Espagne et la Grèce peinent à faire revenir les touristes), les professionnels semblent donc plutôt croire à une évolution profonde, liée peut être à la "boboïsation" de la demande. "Aujourd'hui on veut bien faire du camping, mais avec internet à portée de main et sans avoir à planter la tente", s'amuse Marc Béchet, qui voit avec satisfaction l'augmentation de la demande dans les départements du Rhône, de la Loire et de l’Ain.

Quant aux établissements de montagne, il faudra bien qu'eux aussi fassent leur révolution. Analysant les chiffres donnés par Ipsos, Jean Jack Queyranne, le Président de la Région Rhône-Alpes, note par exemple que "l'offre d'hébergement des refuges de montagne côté français n'est pas du tout à la hauteur de la proposition de nos voisins suisses".  Les professionnels des départements de Savoie, Haute-Savoie et Isère semblent d'ailleurs moins confiants, pour l'été, que leurs collègues du Rhône, de l'Ardèche de la Loire et de l'Ain. 

Gilles Roman
(redaction@LYonenFrance.com)

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire